A mon cou

Tu es de métal, de cuir, orné d’un anneau, fermé à clé, soudé, exubérant, discret ou simple bout de ficelle, et parfois même invisible. Peu importe à quoi tu ressembles, ton apparence n’a que peu d’importance. Tu es le signe que mon corps, mon âme appartient à quelqu’un. Tu es le témoin de ce choix si étrange qui me lie à un autre être.

Tel un serpent qui m’enlace, tu me tiens chaud malgré la froideur de ton acier. Dès que tu es avec moi, mon corps tremble d’excitation, mes mains deviennent moites, mon entre-jambes devient humide. Tu annonces l’intensité des moments à venir où je ne suis plus moi. Je deviens un animal, son animal…

Je bascule pendant quelques heures dans cet autre monde ou plus rien d’autre ne compte. Je suis à lui. Reliée à mon maitre par une laisse, tel un cordon ombilical qu’on ne veut surtout pas couper car il nous nourrit…

Accroché à toi, Il peut faire de moi ce qu’il veut : Il me traine, m’exhibe, tire fort, sans ménagement, pour que j’avance, de préférence à quatre pattes, et peu importe si j’érafle mes genoux.

Toujours tu le laisses me maltraiter. Ça te fait plaisir même ! Parce que tu es sadique. Il faut te mériter : « Obéit bon sang sale chienne !! Fais-moi honneur ! ».

Je fais de mon mieux, j’écoute ses ordres et je m’applique. Je voudrais que tu sois fier de moi. Alors j’attends ma récompense, par terre, à ses pieds… Peut-être une caresse ou mieux un baiser… mais non je ne suis pas une princesse !! « Lèche lui plutôt les pieds !! Et applique toi !! ».

Toi, tu veux des larmes, de l’humiliation, qu’il me pousse à bout. Plus il me crache dessus, me gifle, me malmène, plus tu aimes ça.
Mais ça ne te suffit pas, tu en veux toujours plus ! Tu veux que je te montre ma dévotion. Alors il m’attrape par les cheveux me traine nue dehors, me pisse dessus. D’abord le visage, puis les cheveux, la bouche et me demande d’avaler. Ça me dégoute, j’ai froid, j’ai peur. Pourtant, je m’exécute sans un mot et dans ma tête je me dis : « Fais pas ta rebelle, ou tu seras lourdement sanctionnée ».

Et toi, là, qui nous regardes, je sais que tu es fier.
Tu te dis que je suis bien dressée quand même…j’ai un bon maître aussi…tu sais qu’il a été patient avec moi. Il a dû m’apprivoiser, gagner ma confiance. Il ne suffit pas qu’il t’attache autour de mon cou pour que je sois sa soumise… ordres, punitions et récompenses ne suffisent pas… Il a fallu également qu’il te prouve qu’il est capable de s’occuper de moi.

Tu as dû veiller à ce qu’il maitrise ses émotions, qu’il soit attentif à mes envies, mes craintes… et surtout qu’il réponde à mes désirs… Car c’est la seule raison de ta présence…
Nous deux, liés grâce à toi, par une force inexplicable.

Nos 2 âmes unies par le mal et le plaisir, par la douleur des coups de fouet, par mes cris, par sa main qui rougit mes fesses, par son sourire sadique quand il me fait pleurer.
Tu resplendis quand je m’abandonne à lui, quand je jouie entre ses doigts. Tu te délectes de le voir me violenter, me torturer, me traiter de salope… parce que tu sais que je l’aime, que j’accepterais tout de lui… parce que je lui appartiens, parce qu’il m’appartient…

Et en secret, tu rêves de t’enrouler autour de mon cou pour ne plus jamais le quitter…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.