Ma pratique du BDSM

Ma soumise, Natachatte. Le watermark est mon pseudo Fetlife.

C’est un monde étrange que celui du BDSM. Tout à tour ludique, pervers, sombre, jouissif, douloureux, torturé, il diverge tant dans ses pratiques que dans le profil de ses participants qu’il serait trop réducteur de n’essayer de ne lui trouver qu’une définition.

Alors ici ce n’est qu’un avis trés personnel que je vais vous livre.

Paradoxalement, si l’acronyme BDSM comporte la lettre S comme Soumission, il y a une valeur qui est partagée je pense par tous ses pratiquants c’est celui de la liberté. Aux entraves du corps l’on peut opposer la liberté de l’espri. Aux limites des mouvements l’on peut opposer l’horizon infini des plaisirs éprouvés.

Pratiquer le BDSM c’est avant tout se découvrir soi-même à travers le chemin tortueux et parsemé d’embûches de sa vie passée et de celle à venir.

Quelles embûches ? Celle de l’éducation qui vous a formé à reproduire les comportements de la génération précédente qui étaient adaptés et conformes aux usages de cette autre temporalité. Celle de la morale plus complexe qui vous explique ce qui est séant ou ne l’est pas et vous explique ce que les autres penseront de vous si vous en déviez. Celle enfin de de votre personnalité dont les pièces qui constituent le puzzle sont si imbriquées, si nombreuses et si complexes qu’il est impossible de définir leur part et leur poids dans ce qui fait de vous ce que vous êtes et qui guide votre perception du monde, et vos interactions sociales et toutes les émotions et sentiments que vous ressentez.

La pratique du BDSM est une chose étrange. Elle se fait par expérimentation. Telle une dégustation de vin elle peut se faire à l’aveugle. Essayer, déguster, se laisser aller à vos pulsions et écouter ce que votre âme ou tout simplement votre corps ressent. Analyser ensuite. Réessayer peut-être poru confirmer. Et tout simplement construire votre pratique en retenant ce qui vous plaît.

A 45 ans je crois que je suis encore loin d’avoir essayé certaines pratiques BDSM. Je m’en interdis certaines aussi car tout mon coprs, tout mon âme s’irrite à la seule pensée de certaines pratiques. Le chemin a été douloureux. Il m’a imposé de faire voler en éclats certains carcans dont celui de la famille que j’avais construite sur des bases bancales de ces embûches que j’ai nommées éducation et morale. Il m’a imposé de démarrer et d’arrêter de nombreuses relations jusqu’à que je sache un peu mieux qui je suis et ce que j’aime. Il m’a enfin demandé beaucoup de persévérance pour prendre la décision de ne plus faire de concession et trouver la partenaire qui partage aussi ma vie et que j’appelle parfois pour quelques heures ma soumise dans des moments de liberté qui nous permettent de découvrir un peu plus intensément qui nous sommes et ce que nous désirons pour nous mêmes et pour notre relation.

Ce chemin laisse toujours des cicatrices. Les rleations BDSM sont intenses. On s’y lance souvent sans protection. On y expose son âme avec parfois ses penchants les plus extrèmes, même si j’ai appris que cette notion était trés subjective.

Et pourtant aujourd’hui, alors que la moitié de ma vie est derrière moi, j’ai, en arpentant ce chemin avec détermination, trouvé une paix qui m’était auparavant étrangère. La paix d’être en accord avec moi même. Celle d’être parfois un animal. Celle d’être parfois égoïste et de penser à mon plaisir. Celle d’être un sadique qui marque de son passage le corps de celle qu’il aime.

Et après cette tempête, toutjours, vient l’apaisement et le bien être. Pendant quelques heures l’éducation, la morale ont cédé le pas aux corps qui crient, gémissent et jouissent et au loup qui râle alors qu’il zèbre le corps d’un cuir tressé dans la peau d’un autre animal.

Le BDSM ne se résume pas à 4 lettres. Il est un chemin jonché d’embûches, truffé de croisements et de méandres et parsemé de rencontres qui vous aiderons, vous guiderons, vous apprendrons et vous confronterons à vos doutes, vos certitudes pour qu’au final seul demeure le plaisir d’être vous même, même si ces moments d’intense liberté ne sont que quelques courtes pretnhèses dans une société faite de normes et d’interdits.

Une réponse sur “Ma pratique du BDSM”

  1. bonjour,

    ce texte est assez réaliste de ce qui est notre vie, gens qui vivons ses moments épicés, tendres et douloureux pas forcement que physique, mais aussi cérébralement….

Répondre à mizouh Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *